Pourquoi l’inflation est-elle si élevée en Inde?

Voici un moyen de comprendre comment la masse monétaire augmente dans un pays et donc l’inflation se produit:

Si un pays a 1000 roupies. Et 1000 personnes, supposons que chaque personne a 1 roupie en main.

1000 personnes vont déposer l’argent dans la banque A.

La banque A peut en donner 90% sous forme de prêts. 10% est le ratio de réserve de trésorerie.

90% de Rs.1000 = Rs.900

Rs.900 est donné sous forme de prêts à différentes personnes. Pour simplifier, imaginons que Rs.900 soit donné à un homme d’affaires qui va démarrer une usine. La banque A remet un chèque de Rs.900 à l’homme d’affaires. L’homme d’affaires dépose ce chèque dans la banque B.

Supposons qu’il compte 100 employés. Il va dépenser ces Rs.900 pour payer les salaires de ces employés et faire des affaires. (Par souci de simplicité, supposons qu’il n’y a pas d’autres dépenses dans l’entreprise que le salaire).

Tous ces 100 employés ont un compte de salaire dans la banque B uniquement. Donc, ce Rs.900 est distribué dans les différents comptes de la banque B et ne quitte pas la banque.

Maintenant, la banque B a Rs.900 dans son actif. La banque B peut accorder des prêts à hauteur de 90% du dépôt !!!

C’est Rs.810.

Donc, l’argent d’origine qui n’était que de Rs.1000 avec 1000 personnes est maintenant gonflé à cause du système bancaire.

Combien est-il gonflé? Environ 10 fois car le taux de réserve de trésorerie est de 10%. 100/10 = 10.

Si le taux de réserve en espèces n’est que de 5%, alors 100/5 = 20. L’argent du système (pays) multiplie par 20.

Voir ce tableau…


Le graphique ci-dessus est tronqué. La réserve de trésorerie de 10% est conservée et 90% est donné en prêt en continu.

Ainsi, le total des espèces dans le système devient Rs.10,000 par rapport au Rs.1000 d’origine

Quand 1 oignon coûte Rs.1 dans le pays avec 1000 personnes ayant Rs.1 chacune, cela coûtera Rs.10 / oignon lorsque 1000 personnes auront Rs.10 chacune. Seuls les chiffres ont augmenté. La production d’oignons n’a pas augmenté. C’est INFLATION.

La masse monétaire est augmentée de 10 fois si l’on considère que toutes les personnes utilisent des cartes de débit et le netbanking au lieu d’utiliser des espèces.

Vous pouvez comprendre que certaines personnes détiennent des espèces et ne les déposent pas à la banque. Cet argent ne devient jamais un prêt et ne se multiplie donc pas.

Tous les gouvernements découragent l’utilisation de l’argent liquide car l’argent liquide ne se développe pas.

Notez que Rs.10,000 n’existe que lorsque Rs.9000 en tant que prêts existent dans le système. Tant que de plus en plus de personnes contractent des prêts, l’inflation se produit parce que tout cet argent nouveau est construit sur la base des prêts.

Imaginez que vous achetez une voiture pour Rs.5,00,000 et que vous prenez un prêt de la banque. Le concessionnaire automobile dépose cet argent dans le même droit bancaire ou dans un autre droit bancaire. Et la banque accorde à nouveau un prêt sur les 90% de Rs.5,00,000 et cela continue.

Vous comprenez maintenant pourquoi les plus grands immeubles et les personnes les mieux rémunérées sont des banquiers, non?

Cela peut ressembler à un énorme schéma de ponzi. Mais c’est comme ça que ça fonctionne.

Imaginez maintenant ce qui se passe lorsque les gens commencent à rembourser ces prêts. Si tous les prêts sont remboursés dans le tableau ci-dessus, la masse monétaire devrait revenir à Rs.1000, n’est-ce pas?

Oui, c’est la déflation et la déflation est saine pour l’économie.

Mais les gouvernements ne peuvent pas se permettre la déflation pour diverses raisons – le n ° 1 étant qu’ils ont d’énormes dettes. Pendant l’inflation, les débiteurs gagnent et les épargnants perdent parce que le coût de la vie augmente. Pendant la déflation, les débiteurs perdent et les épargnants gagnent. (C’est une autre grande histoire).

Les gouvernements veulent une «croissance continue», ce qui signifie une inflation continue. Il faut donc réduire le CRR (cash reserve ratio).

Si le CRR est de 5%, la masse monétaire d’origine peut devenir 20x.

Si vous réduisez les taux d’intérêt, plus de prêts, plus d’inflation.

Lorsque vous abaissez les taux d’intérêt à 0%, vous ne pouvez pas le baisser. Mais il existe un moyen de l’abaisser – appelé QE (Quantitative Easing).

  • Problèmes liés à l’offre : en raison des goulets d’étranglement des infrastructures dans la chaîne de production, la demande globale dépasse l’offre globale dans l’économie. Le manque d’entrepôts frigorifiques (articles périssables), d’entrepôts et de mousson erratique conduit souvent à un manque d’approvisionnement.
  • Importation de carburant: nos besoins en carburant sont largement satisfaits par les importations.
  • Les subventions sur le kérosène, l’urée, etc. augmentent le pouvoir d’achat des clients.
  • Faibles taux d’intérêt: pour atteindre l’objectif d’un taux de croissance du PIB proche de 10%, les taux d’intérêt ont été maintenus relativement bas au fil des ans en Inde.
  • Les régimes de protection sociale comme le MNREGA ont augmenté les salaires et augmenté la demande de biens dans les zones rurales. Les demandes constantes de hausse des salaires par les syndicats et les banques ont conduit à une inflation des coûts.
  • Évasion fiscale

Cependant, les prix internationaux du pétrole ont fortement chuté et tournent autour de 50 $ le baril. Son impact sur les données d’inflation est clairement visible. Mais l’inflation alimentaire continue de troubler les décideurs politiques, y compris le RBI.
Eh bien, une monnaie mondiale ne semble pas arriver très bientôt politiquement, mais selon les mots d’Adam Smith, la “main invisible des forces du marché amènera un jour un état d’équilibre dans l’économie mondiale”.

L’inflation est la fonction de nombreuses variables. Ce n’est pas tout à fait vrai que l’inflation est négative dans les pays occidentaux. S’il descend vraiment en dessous de zéro, l’ensemble du secteur bancaire s’effondrera. Personne ne conservera d’argent dans les banques, car il serait plus rentable de stocker de l’argent en espèces. Si l’inflation descend vraiment en dessous de zéro, les gens ne seront pas très incités à investir de l’argent dans n’importe quel type d’instrument d’investissement, car la valeur de l’argent va augmenter sans rien faire. Personne ne voudrait acheter quoi que ce soit car le report de l’achat leur procurerait la même chose à un prix inférieur. Ainsi, l’épargne et les dépenses vont stagner, entraînant une distorsion de l’économie d’une manière si bizarre que nous ne pouvons pas anticiper car cela n’est possible qu’en théorie. Pour parvenir à une inflation nulle, nous devrons gérer un équilibre parfait entre la demande et l’offre de chaque chose. C’est presque impossible à réaliser. Au moins la production agricole n’est pas totalement contrôlée par nous, et il y a donc forcément un écart dans la demande et l’offre. De plus, s’il n’y a pas d’inflation, il n’y a pas de hausse des prix; il n’y aura pas de demande non satisfaite; il ne sera pas nécessaire de trouver de nouveaux moyens d’augmenter la production; il y aura une motivation pour trouver de nouvelles façons d’augmenter la productivité, d’inventer, de risquer de l’argent sur la recherche de nouvelles technologies; il y aura une ferveur moindre pour l’entreprenariat. Cela se traduira par un nombre moindre de nouveaux emplois créés dans une économie. Donc, si l’absence d’inflation peut entraîner une baisse de l’épargne, des dépenses et de l’emploi, la façon dont elle affectera l’économie de toute une nation est une supposition.

Bien que je ne sois pas un spécialiste des finances et que je ne comprenne pas les subtilités du fonctionnement de l’inflation et des facteurs qui l’affectent, c’est ce que j’ai observé

Notre politique gouvernementale n’a jamais vraiment mis l’inflation au centre et a essayé de maintenir les prix des biens, des services et des produits de base bas pour tout le monde. Nous sommes un pays semi-socialiste sur le papier – cependant, nous n’avons pas de soins de santé universels, d’éducation universelle. Malgré l’adoption d’une constitution qui met l’accent sur la nécessité d’être attentif aux autres, nous ne nous soucions pas autant des autres – l’Inde compte plus de pauvres que n’importe quel autre pays dans le monde, les suicides d’agriculteurs augmentent, les tribus sont déplacées pour laisser les sociétés minières extraire le minerai de sous leurs maisons. Nous avons privatisé des industries qui auraient dû rester sous le contrôle du gouvernement – soins de santé, éducation, énergie et services publics; nous avions adopté une licence raj et un contrôle gouvernemental des industries qui auraient dû rester ouvertes – automobile, fabrication, etc.

Nous sommes un importateur net de pétrole, ce qui maintient les prix de l’essence et du diesel à un niveau élevé.

Nos villes sont de petits lopins de terre qui abritent une population disproportionnée – en dehors de l’agriculture et des autres moyens de subsistance traditionnels, si quelqu’un veut gagner sa vie, il devra migrer vers les villes pour avoir une idée de l’opportunité. Cela se traduit par un afflux important de personnes dans les villes. Cela, à son tour, pousse les prix des terres encore plus haut.

La nourriture est à un prix assez raisonnable – la plupart des aliments sont abordables et cela reflète notre production de nourriture dans le pays.

Énergie et services publics – que ce soit l’électricité, l’eau, les égouts et le drainage, les réseaux mobiles, Internet, sont tous mis à rude épreuve et il y a toujours un manque d’approvisionnement – de nombreuses régions du pays font régulièrement face à des coupures de courant planifiées et certaines régions n’ont pas d’électricité du tout .

Les soins de santé, puisqu’ils ne sont pas universels, signifient que les hôpitaux privés gouvernent. Ils facturent des frais exorbitants pour les opérations et les procédures. La plupart des Indiens qui n’ont pas d’assurance santé paieront beaucoup d’argent pour une urgence médicale imprévue. Les hôpitaux publics sont souvent en sous-effectif, sur-admis et sous-financés et équipés. Il en résulte une mauvaise qualité des soins de santé – la plupart des gens n’y vont que parce qu’ils ne peuvent pas se permettre d’aller dans un hôpital privé, pas parce qu’il a de meilleurs médecins ou des installations.

En ce qui concerne l’éducation, encore une fois, parce que c’est un mélange privé et public, nous avons une situation similaire où seules quelques écoles gérées par le gouvernement ont de bons enseignants et de bonnes installations, tandis que la majorité des écoles gérées par le gouvernement manquent à nouveau de bons enseignants, de bonnes installations et manquent généralement de personnel (salaires des enseignants trop bas?). Les riches peuvent se permettre d’envoyer leurs enfants dans des écoles de qualité tandis que les enfants des classes pauvres et moyennes fréquentent des écoles moyennes voire pauvres. Cette différence dans la qualité de l’éducation en raison du statut économique des parents est très malsaine pour la nation. Une éducation gratuite et universelle pour tous, d’un niveau élevé, financée par le système fiscal, permettrait de résoudre ce problème. Plus de conseils différents, d’écoles différentes pour les riches et les pauvres.

La disponibilité locale des ressources en Inde affecte également l’inflation – La nourriture est généralement bon marché tandis que le pétrole est cher. De même, les biens, services et produits de base qui doivent être importés ont tendance à être chers tandis que ceux qui sont produits en Inde sont généralement bon marché.

Même si beaucoup de constructeurs automobiles fabriquent leurs voitures en Inde, il est toujours cher d’acheter une voiture en Inde. Dans les pays développés, il est assez courant de voir une Mercedes Benz ou une Toyota utilisée comme taxi. La plupart des gens peuvent se permettre des voitures et des voitures de luxe sont à la portée de la classe moyenne.

Les salaires en Inde sont généralement bas et n’augmentent pas au même rythme que l’inflation.

Ce système de bas salaires, d’inflation élevée et d’impôts élevés pèse vraiment sur la classe moyenne. Et même maintenant, les services publics simples sont difficiles à obtenir – parlez à n’importe quel Hyderabadi ou Delhite et ils vous informeront de la pénurie d’eau et des coupures d’électricité dans la ville.

Nos routes sont en désordre et à l’exception de certaines autoroutes nationales, l’état de la plupart des routes doit être amélioré

Dans la plupart des économies, si le prix du travail est bon marché, il en résulte des marges élevées pour cette entreprise. En Inde, malgré une main-d’œuvre bon marché et abondante, le coût des choses reste élevé.

L’Inde est bénie d’une demande non satisfaite qui ne se rencontre nulle part dans le monde. En fait, l’Inde est une oasis de demande dans un monde affamé. Toutes les régions de l’économie mondiale passent par la menace de la déflation. La Chine ralentit délibérément pour éviter un atterrissage brutal. Le monde se tourne donc vers l’Inde comme prochain moteur de croissance. Mais l’Inde ne l’utilise pas à son avantage en raison de nombreuses contraintes d’approvisionnement et d’inefficacité. L’inflation est donc élevée.
Pour en venir à votre prochaine question alors que le monde est connecté, quelle sera la valeur des devises internationales au fil du temps. C’est un mythe que le monde est bien connecté. Il y a beaucoup de contrôles exercés par chaque pays. Les devises ne sont pas entièrement convertibles, par exemple, pour que les fonds circulent à des niveaux élevés et descendants. L’un des facteurs importants de la production, la main-d’œuvre n’est pas entièrement mobile. Le travail ne peut pas circuler librement entre les nations car aucun visa de travail n’est délivré. Par conséquent, les déséquilibres continueront de dominer l’économie mondiale.

L’augmentation de l’offre est incapable de suivre l’augmentation de la demande tandis que la masse monétaire augmente, ce qui entraîne une augmentation des prix.

Pour contrôler l’inflation, augmentez l’offre (action du côté de l’offre) ou freinez la masse monétaire en rendant l’argent cher (réduction de la demande).